Bannière Flash

Infiltration / ruissellement




Selon le type de sol, le type d'occupation et la pente du sol, les précipitations arrivant au sol s'infiltrent plus ou moins. La fraction d'eau ne percolant pas dans le sol va alors s'écouler en surface suivant la ligne de plus grande pente : on parle alors d'un phénomène de ruissellement.

Principes d'infiltration et de ruissellement (crédit : SMBV Pointe de Caux)
Principes d’infiltration et de ruissellement
(crédit : SMBV Pointe de Caux)

Le phénomène de ruissellement observé dans le Pays de Caux résulte d'une intensité de pluie dépassant la capacité d'infiltration des sols.

 

Ruissellement agricole

Les plateaux cultivés à l'amont du bassin versant sont particulièrement sensibles au phénomène de ruissellement. En effet, les sols limoneux ont tendance à s'imperméabiliser sous l'effet des gouttes de pluie. D'autre part, l'espèce cultivée, le stade de développement végétatif, les conditions de travail du sol, la pente du terrain, le type de pluie ainsi que les conditions de saturation du sol vont influer sur le taux de ruissellement. Par exemple, pour une pluie d'orage d'occurrence décennale, sur un sol constitué de limons très battants, le coefficient de ruissellement peut varier de 0,06 pour une prairie à 0,43 pour un sol nu compacté.
L'absence ou la faible densité de couvert végétal entraîne également des vitesses d'écoulement au sol plus importantes, par manque d'obstacles.

 

Ruissellement agricole (crédit : SMBV Pointe de Caux)
Ruissellement agricole
(crédit : SMBV Pointe de Caux)

Ruissellement urbain (crédit : SMBV Pointe de Caux)
Ruissellement urbain
(crédit : SMBV Pointe de Caux)
 

Ruissellement urbain

Toute urbanisation d'un territoire s'accompagne indubitablement d'une imperméabilisation des sols. En effet, les toitures, les enrobés de voirie ou de parking, les terrasses sont autant de surfaces rendues étanches à la percolation de l'eau. De ce fait, toute pluie s'abattant sur ces surfaces ruisselle en quasi-totalité. Par exemple, pour une pluie d'orage d'occurrence décennale, le coefficient de ruissellement peut varier de 0,20 pour un espace vert entretenu à 0,90 pour un enrobé.
L'imperméabilisation des zones urbaines a pour autre effet, une réduction de la rugosité du sol et de fait une accélération de la vitesse d’écoulement de la lame d'eau ruisselée.

 

Infiltration lente/rapide

Le fonctionnement karstique du sous-sol conduit par ailleurs à deux types d'infiltration de l'eau dans le sous-sol :

  • une infiltration lente s'effectuant par les micro-fissures de la roche.
  • une infiltration rapide qui s'opère grâce aux bétoires. C'est une caractéristique du paysage karstique du Pays de Caux. Une bétoire est un cône d'effondrement dans le sol, par lequel les ruissellements collectés s'engouffrent rapidement, parfois directement vers la nappe de la craie.

 Ouverture d’une bétoire (crédit : AREHN)
Ouverture d’une bétoire
(crédit : AREHN)
 Cône d’effondrement d’une bétoire (crédit : SMBV Pointe de Caux)
Cône d’effondrement d’une bétoire
(crédit : SMBV Pointe de Caux)

Retour haut Retour haut