Bannière Flash

Mitigation




La mitigation est l'action qui consiste à réduire les dommages afin de les rendre supportables - économiquement du moins - par la société. Elle se concentre sur la réduction de la vulnérabilité, c'est-à-dire sur la limitation des dommages corporels et matériels possibles.

 

Conception et organisation des locaux

Différentes stratégies peuvent être appliquées selon que l'on se trouve dans le cas d'une nouvelle construction, d'une rénovation profonde ou d'une simple réorganisation :

  • réalisation d'un vide-sanitaire pour isoler le bâtiment des remontées d'eau par le sol et pour avoir un niveau de plancher suffisamment haut : les ouvertures de visite devront être suffisamment grandes pour en faciliter le nettoyage après une inondation de même qu'une légère pente devra être respectée afin d'optimiser le drainage.
  • surélever le plancher habitable au dessus de la cote de référence des inondations si le projet est techniquement et financièrement réalisable.
  • organiser l'usage des locaux en préférant les pièces de service au rez-de-chaussée et les pièces d'habitation à l'étage. Cette mesure est surtout destinée à éviter d'être surpris par l'inondation pendant son sommeil.
  • adapter l'utilisation de la cave ou du sous-sol en évitant d'y entreposer des objets de valeur.
  • aménager une zone de sureté au dessus des plus hautes eaux connues : elle doit permettre de se réfugier, d'entreposer du matériel de première nécessité voire d'y déplacer les objets de valeur en cas de sinistre. Pour des raisons d'évacuation, il est recommandé que cette zone de sûreté bénéficie d'un accès extérieur.

 

Adaptation de la configuration des équipements

  • mettre hors d'eau de manière permanente : les centrales de ventilation et de climatisation, la chaudière. Placer également en sécurité tous les documents importants (papiers d'identités, factures, contrats d'assurance…), les mobiliers sensibles (électroménager, hi-fi, TV, informatique) et les produits sensibles (combustibles, produits ménagers, produits de traitement…). Par défaut, les équipements ne pouvant pas être mis hors d'eau de façon permanente doivent pouvoir être facilement déplaçables (sur roulette, sur lève-meuble).
  • aménager les réseaux techniques (électricité, gaz, eau, télécommunication) : étanchéifier les réseaux, faire descendre les réseaux depuis le plafond, installer les prises et les dispositifs de coupure au dessus de la cote de référence des inondations, prévoir des disjoncteurs différentiels haute-sécurité 30 mA pour les pièces inondables, munir les réseaux d'assainissement de clapets anti-retour pour éviter les refoulements.
  • adapter les bouches d'aération : elles sont généralement un passage préférentiel pour les entrées d'eau dans la maison. En les équipant de grilles fines, on bloque l'entrée de détritus. L'aménagement de rehausse à l'extérieur des bouches d'aération ou l'adaptation de couvercles d'obturation temporaire sont des solutions d'étanchéité.
  • ancrer les objets qui pourraient être arrachés et transportés par le courant, se convertissant en véritables dangers pour autrui : citernes de combustible, serres, table de jardin, bancs…
  • installer des clôtures franchissables par l'écoulement d'eau. Il est fréquent d'assister pendant les inondations à des affaissements de clôtures pleines (mur de parpaings, plaques de béton…) ne résistant pas à la poussée de l'eau. La chute soudaine de ces obstacles libère une hauteur d'eau importante accumulée en amont, entraînant alors un effet de vague très dommageable. Il est recommandé d'installer des clôtures le plus largement ajourées dans les zones inondables, de surcroît lorsqu'elles se positionnent orthogonalement au sens d'écoulement.

 

Prévoir des dispositifs de protection temporaire

Maison étanche L'action consiste à favoriser l'étanchéité de la maison dans le cas où la pression de l'eau est supportable par la structure du bâtiment c'est-à-dire pour des hauteurs d'eau n'excédant pas 80 cm à 1 m. Au-delà, la différence de pression entre l'intérieur (absence d'eau) et l'extérieur (plus de 1 m d'eau) entraînerait des dommages irrémédiables sur la structure de la construction.

 

La protection temporaire peut être assurée par :

  • des batardeaux : ce sont des plaques qui s'insèrent dans des cornières pour empêcher l'eau d'entrer par les ouvertures (porte d'entrée, porte-fenêtre, porte de garage, fenêtre). Leur efficacité et leur durée de protection dépend du soin apporté à l'étanchéité.

Bartadeau (crédit : prim.net)
Batardeau
(crédit : prim.net)

 

  • des sacs de sable ou de polymères : on peut constituer une barrière de protection à partir de sacs remplis de sable ou de polymères absorbants, positionnés à plat dans le sens de la longueur de l'écoulement et superposés en quinconce. Cette barrière ne doit pas faire front au sens d'écoulement mais uniquement le contenir dans son expansion. Ils ne sont pas parfaitement étanches.

Barrière de sacs en quinconce (crédit : SMBV pointe de Caux)
Barrière de sacs en quinconce
(crédit : SMBV pointe de Caux)

 

  • un emballage des murs : on peut limiter la pénétration de l'eau par les murs et ainsi les problèmes d'humidité, en tendant un film plastique le long des murs, agrémenté d'un système de drainage. Cette mesure est relativement longue à mettre en œuvre.

Emballage de mur (crédit : SMBV pointe de Caux)
Emballage de mur
(crédit : SMBV pointe de Caux)

 

  • des dispositifs d'obturation temporaire des aérations : prévoir des couvercles qu'il faudra positionner temporairement sur les bouches d'aération (pendant la durée de l'inondation uniquement, sinon il est interdit de les boucher de façon permanente).

Obturation temporaire des bouches d'aération (crédit : prim.net)

Obturation temporaire des bouches d'aération
(crédit : prim.net)

 

  • protéger la face des vérandas et des serres située dans l'axe du courant pour éviter qu'elle ne soit endommagée par les débris transportés.

 

Adapter les matériaux de construction à l'inondation

Laissé inondé L'action consiste à adapter son logement à la présence d'eau lorsque les hauteurs d'eau excèdent 80 cm à 1 m. L'équilibre des pressions entre l'intérieur et l'extérieur épargne la structure du bâtiment. Mais il faut alors que les matériaux de construction puissent supporter un séjour dans l'eau pour limiter les dommages.

 UTILISATION  Conseillés  Déconseillés
Murs Briques hydrofugées, béton plein, doublage intérieur démontable et hydrofugé, drains extérieurs de fondation Matériaux s'imbibant d'eau
Cloisons Briques pleines maçonnées, placoplatre hydrofugé, cloisons montées sur ossature métallique, cloisons maçonnées enduites Plâtre, bois plaqué ou aggloméré, carton
Isolation Isolants rigides : polystyrène, polyuréthane Isolants minéraux : laine de verre, laine de roche
Revêtements muraux Papier-peint (séchage des murs facilité en le retirant), faïence Peinture, revêtements plastiques (piègent l'eau dans le mur)
Sol Carrelage, céramique Moquette, parquet, sols plastiques avec sous-couche en mousse
Menuiseries PVC, aluminium, acier, bois traité avec produit de protection Bois non traité

Pour des informations techniques plus détaillées sur les techniques de réduction de vulnérabilité, vous pouvez consulter le guide de la Direction Régionale de l'Equipement de Bretagne "Rendre son habitation moins vulnérable aux inondations".

Retour haut Retour haut