Bannière Flash

Ressource en eau




Ressource en eau souterraine

La totalité de l'alimentation en eau potable de la population des bassins versants de la Pointe de Caux étant assurée par le biais de captages dans les nappes phréatiques, la préservation de la qualité des eaux souterraines est donc primordiale.

Captages_1.jpeg
Captages des bassins versants de la Pointe de Caux
(crédit : SMBV Pointe de Caux)


Hors, le lessivage des sols lors des précipitations induit des eaux ruisselées chargées en matières en suspension (limons) et en matières polluantes (azote, phosphore, phytosanitaires, hydrocarbures et métaux lourds).
Les pollutions diffuses se retrouvent par infiltration dans les captages, notamment les nitrates et les pesticides. Ce phénomène est largement accentué par la mise en relation directe, au niveau des bétoires, des écoulements de surface et des circulations souterraines alimentant les nappes phréatiques. Lors d'orages importants, il n’est pas rare que dans le Pays de Caux, certains captages soient contaminés par des phénomènes de turbidité (concentration excessive de matières en suspension) et que l'eau devienne impropre à la consommation.

Principe de contamination d'un captage (crédit : SMBV Pointe de Caux)
Principe de contamination d'un captage
(crédit : SMBV Pointe de Caux)

 

Ressource en eau superficielle

Le réseau hydrographique (chevelu des cours d’eau) et les zones humides associées sont des écosystèmes dont l'épanouissement est directement relié à deux paramètres principaux que sont la morphologie du cours d'eau et la qualité des eaux qu'il véhicule. Hors, outre une alimentation continue soutenue par les nappes phréatiques, le débit du cours d'eau fluctue selon les apports de ruissellements générés lors des épisodes de précipitations. Les ruissellements chargés en limons et en contaminants engendrent des effets de colmatage des cours d'eau et d'eutrophisation (caractérisée par le développement excessif d'hydrophytes, d'algues…). D'autre part, les polluants vont se fixer dans les vases et sédiments. Tous ces facteurs réduisent les potentialités hydrobiologiques et piscicoles des ruisseaux et des étangs.

Eutrophisation du Saint-Laurent - Harfleur (crédit : SYRILE - CODAH)
Eutrophisation du Saint-Laurent - Harfleur
(crédit : CODAH - Service gestion des rivières)

Retour haut Retour haut