Bannière Flash

Sol et sous-sol




Géologie

La Pointe de Caux est caractérisée par une ossature géologique crayeuse dont l'origine remonte à l'épisode marin dit "la Mer de Craie" qui a recouvert le Pays de Caux au Crétacé Supérieur. L'altération de la craie en surface, a laissé place à un manteau d'argiles à silex durant l'ère tertiaire. Sous climat périglaciaire, à l'ère quaternaire, les limons éoliens (aussi appelés loess) se sont déposés sur le Pays de Caux en une couche particulièrement épaisse. La permanence des sols gelés a également favorisé le développement d'un grand nombre d'écoulements de surface et la mise en place du réseau de thalwegs actuels (vallons). Enfin, durant les périodes de réchauffement, les infiltrations d'eau dans la masse crayeuse ont développé un réseau karstique de circulation souterraine des eaux.

Coupe géologique de la partie nord du bassin versant de la Lézarde (crédit : n.c.)
Coupe géologique de la partie nord du bassin versant de la Lézarde
(crédit : n.c.)

 

Le principal aquifère (formation géologique contenant de l'eau) de la région est celui de la craie du Cénomanien. Les argiles du Gault et le faciès de la Gaize en forment le plancher imperméable. La nappe qui s'y développe est largement exploitée pour l'alimentation en eau potable : elle se situe à environ 50-60 m de profondeur sous les plateaux. Cet aquifère de la craie possède une double perméabilité à l'origine de deux types de circulation d'eau :

  • Une perméabilité "en petit" liée aux pores de la craie qui implique un déplacement lent des eaux, une capacité naturelle de filtration et une grande capacité de stockage.
  • Une perméabilité "en grand" liée à l'altération et à la fracturation de la craie très développée et intensifiée au niveau des vallées. La circulation de l'eau de type karstique y est très rapide.

Cette nappe de la craie alimente les rivières du bassin versant en assurant un débit de base assez régulier et alimente l'ensemble des captages d'eau potable de la région.


Pédologie 

La nature des sols couvrant le territoire de la Pointe de Caux est en lien direct avec le contexte géologique. On rencontre trois types de sol :

  • Les alluvions dans les vallées drainées par les cours d'eau : ces sols composés de limon, d'argile, parfois de tourbe sont transportés et déposés par les rivières. Ils sont compacts et excessivement humides.
  • Les argiles à silex sur les coteaux : ces sols sont argileux à argilo-limoneux, relativement profonds et présentent des cailloux et des affleurements de craie. Leur réserve hydrique est faible.
  • Les limons sur les plateaux : ces sols bruns lessivés, dont l'épaisseur peut être de plusieurs mètres, sont riches, bien drainés et dépourvus de cailloux. Ils figurent parmi les meilleures terres agricoles de France.

Les sols limoneux du Pays de Caux sont très sensibles au phénomène de battance : sous l'effet du martèlement des gouttes de pluies, ils passent d'un état d'agrégats poreux et meubles à un état compact. Une couche pratiquement imperméable se forme en surface : les particules fines se cimentent entre elles. Cette croûte dite "de battance" génère des ruissellements importants lors des épisodes pluvieux.

Croûte de battance (crédit : SMBV Pointe de Caux)
Croûte de battance
(crédit : SMBV Pointe de Caux)

Retour haut Retour haut